Accueil » Actualité » Nuage radioactif Japon et France

Nuage radioactif Japon et France

Nuage radioactif Japon et France

24 Mai 14h13 : Découvrez le bilan de la contamination, effectué par la Criirad.

10 Avril 13h51: Voici la nouvelle carte de rejets radioactifs dans l’atmosphère. En gros il y en a partout !

6 Avril 10h44 : La criirad vient d'éditer une note sur les risques de la contamination en France (dans l'air, l'eau, l'alimentation et son évolution à long terme).

5 Avril 9h29 : Une note sur l'impact sur le milieu marin des rejets radioactifs consécutifs à l’accident nucléaire de Fukushima-Daiichi vient d'être publiée par L'IRSN.

4 Avril 14h27 : Le laboratoire de l’ACRO vient de mettre en ligne ses résultats sur les retombées du nuage radioactif en France.

1 Avril 6h39 : Voici la nouvelle carte de l'évolution des rejets radioactifs jusqu'au 1 avril + la situation en France au 31 mars.

30 mars 11h59 : L'IRSN se serait trompé dans les résultats d'analyse de la radioactivité. Ils sont exprimés en Bq/m3 alors qu'il s'agit de mBq/m3, soit des valeurs 1 000 fois inférieures. Voici le rapport de la criirad + le nouveau rapport de l'IRSN.

29 mars 6h41 : La suite des résultats des mesures de la radioactivité en France. Greenpeace a préparé un rapport établissant que l'accident de Fukushima relève du niveau 7 sur l'échelle INES

27 mars 19h55 : L'IRSN vous présente la synthèse des résultats des mesures de radioactivité en France dans cette note.

25 mars 16h04 : L'IRSN vient de publier une nouvelle carte des retombées radioactives valable jusqu'au Mardi 29 mars 2011 + la CRIIRAD qui dénonce les dissimulations du département américain de l'énergie.

23 mars 13h18 : Un nouvelle carte de la radioactivé au Japon jusqu'au 25 mars est disponible.

22 mars 9h11 : L'association à but non lucratif Criirad vient de diffuser un document sur les risques du nuage radiocatif sur la France. Vous pouvez le télécharger ici.

 - Le risque d’irradiation par les masses d’air contaminé sera négligeable.

- Le risque d’irradiation des personnes par les produits radioactifs déposés sur les sols sera négligeable, n’induisant aucune augmentation mesurable du bruit de fond ambiant.

- Le risque lié à l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés par les retombées radioactives devrait rester limité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


22 mars 6h30 : L'ASN (Agence de sûreté nucléaire) s'exprime sur le nuage radioactif qui se dirige vers la France et les territoires d'outre-mer qui devrait arriver demain ou après demain.

 

 

 

 

 

 

 

21 mars 16h13 : Deux nouvelles animations réalisées par l'Institut Central pour la Météorologie et la Géodynamique (Autriche) viennent de paraitre et valables jusqu'au mardi 22 mars. Une animation du nuage radioactif dans le monde et au Japon.

Radioactivité dans les aliments au Japon.

21 mars 6h25 : Voici un autre lien pour suivre rapidement la radioactivité dans le territoire Français. Les données sont actualisées toutes les 4 heures et vous pouvez les comparer sur la moyenne de 2010.

20 mars 13h54 : Une nouvelle carte est disponible avec son évolution jusqu'au mardi 22 mars. La carte de Météo France / IRSN a l'air plus réaliste ! Et toujours ce lien pour suivre l'évolution de la radioactivité dans votre ville ou votre région.

19 mars 21h41  : IMPORTANT : La dernière carte de Météo France de la dispersion des rejets radioactifs dans l'atmosphère jusqu'au samedi 26 mars. La France et l'Europe seraient touchées à partir du 23-24 Mars !

"Les concentrations attendues à terme, d’après cette modélisation, pourraient être de l’ordre de 0,001 Bq/m3 en France métropolitaine et dans les départements d’outre-mer de l’hémisphère nord. A titre de comparaison, les valeurs mesurées au cours des jours suivant l’accident de Tchernobyl étaient dépassaient 100 000 Bq/m3 dans les premiers kilomètres autour de la centrale ; elles étaient de l’ordre de 100 à 1000 Bq/m3 dans les pays les plus touchés par le panache radioactif (Ukraine, Biélorussie) ; en France, les valeurs mesurées dans l’Est étaient de l’ordre de 1 à 10 Bq/m3 (le 1er mai 1986). Aujourd’hui, une très faible activité de césium 137 subsiste dans l’air, de l’ordre de 0,000001 Bq/m3."

 

 

 

18 mars 18h41  : Voici les dernières cartes du nuage radioactif au Japon et son évolution dans le monde jusqu'au Lundi 21 mars.

 

 

 

 

 

18 mars 14h16 : Une vidéo de l'évolution du nuage radioactif sur les 3 prochains jours + une autre simulation réalisée par l'IRSN.

 

 

17 mars 10h58  : De nouvelles cartes sont disponibles (jusqu'au 20 mars).

Selon des experts météo un nuage radioactif venant du Japon devrait arriver en France d'ici une bonne semaine. Vu la distance il devrait être atténué, mais il y aura quand même une augmentation de la radioactivité en France. Sur ce lien vous trouverez une animation du nuage radioactif sur le Japon, et sur celui-ci, une animation du nuage radioactif qui se dirige vers les Etats-Unis et la France sur 48 H.

Nuage radioactif Japon et France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Sur cet autre lien, vous verrez la carte des taux de radiation au Japon.

 

 

 

 

 

Nuage radioactif Japon   

Simulation du nuage de pollution (jusqu'au 20 mars).

Je remettrai à jour cette note, lorsque d'autres cartes seront disponibles.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

48 commentaires

  1. et oui le golf stream transporte tout ca vers l’est, un mal pour un bien

  2. cest tout l’ocean qui va etre pollue, les gros poissons et mamiferes vont trinquer…et ca se retrouvera de toute facon dans notre assiette

  3. apparement si il a explositon le nuage ne montrait pas aussi haut que tcherno et serait concentré sur larchipel nippon

  4. ca va arriver cest sur maintenant il faut voir sa puissance et impact

  5. je pense que c’est sourtout ces pauves japonais qui vont tout se prende dans la gueule

  6. On est pas a labris
    (posté avec l’application iPhone Sites Qui Buzz)

  7. Aucune inquietude , dany boon et sa 4l seront la a la frontiere et le mechant nuage fera demi tour!
    (posté avec l’application iPhone Sites Qui Buzz)

  8. NAGLAGLA.!!! NE VA TOUS/TOUTES ETRE RADIO-REACTIVE(ES)…N’EST LE BORDEL,MOI NE DIS!!!.
    (posté avec l’application iPhone Sites Qui Buzz)

  9. ca devrait toucher les us demain

  10. Cest pas bo tout ca
    (posté avec l’application iPhone Sites Qui Buzz)

  11. oui le nuage radioactif est bien prevu en france pour dans 1 semaine

  12. cest la super merde pour tout le monde mais je crois que les japonais sont trop fiers pour demander beacoup d’aide

  13. ce sont les japonais que lon doit pleindre et arreter de flipper pour rien

  14. cest egoiste mais je flippe de ce qu’il pourrait arriver en france !

  15. C’est vraiment triste de savoir que les Japonais vont trinquer autant ! C’est vraiment un bien pour un mal ces usines…Quand tout va bien elle font beaucoup d’énergies pour les populations alentour, mais quand tout va mal…elle font beaucoup de mort pour les populations alentour aussi !!! Et ce qui fait peur c’est que c’est arriver a Tchernobyl une fois, au japon une seconde fois…qui sera le troisième ?!

  16. jespere que ca servira de lecon et qu’il ny aura pas de troisieme ras le cul de ce nucleaire

  17. bizzare on en voit pas beaucoup ces cartes a la tele !

  18. Cest la merde !!!!
    (posté avec l’application iPhone Sites Qui Buzz)

  19. 30 ans d’accidents et de mensonges à la centrale nucléaire de Fukushima
    http://fukushimaleaks.wordpress.com/
    5 novembre 1979 : le réacteur n°2 arrêté en raison d’une panne sur une pompe
    17 septembre 1980 : les centrales japonaises emploient des travailleurs sans véritable formation
    3 octobre 1985 : incendie sur le réacteur 1
    27 août 1986 : arrêt du réacteur n°5 pour une panne de l’alimentation en eau
    4 décembre 1986 : arrêt du réacteur 1 en raison d’une panne de l’air conditionné
    23 avril 1987 : un tremblement de terre cause l’arrêt de trois réacteurs
    22 juin 1987 : l’IAEA alerte sur les risques d’incendie
    21 janvier 1988 : incendie dans le circuit d’air conditionné du réacteur 1
    16 août 1988 : les mouvements anti-nucléaires japonais alertent sur les risques de vieillissement des réacteurs de Fukushima
    12 décembre 1988 : arrêt du réacteur 2 pour une panne d’une soupape de vapeur
    2 janvier 1989 : TEPCO ne sait toujours pas pourquoi le tremblement de terre du 22 avril 1987 a arrêté les réacteurs
    30 janvier 1989 : certains employés de la centrale présentent des troubles chromosomiques
    3 février 1989 : une panne sur un joint aurait pu entraîner une fusion du coeur sur le réacteur n°2
    9 février 1989 : des recherches pour comprendre les accidents sur les joints des pompes
    28 février 1989 : des débris de métal trouvés dans les réacteurs
    20 avril 1989 : TEPCO présente des excuses publiques pour la panne d’une pompe
    3 juin 1989 : arrêt d’un réacteur à la suite d’une fuite d’eau
    19 juin 1989 : une succession d’accidents dans les centrales japonaises
    20 octobre 1989 : les mesures de sécurité dans les centrales japonaises « sont à même de prévenir un accident grave »
    26 octobre 1989 : alerte sur le vieillissement des centrales japonaises
    30 novembre 1989 : l’AEC déclare que malgré les accidents, le Japon n’abandonnera pas l’énergie nucléaire.
    8 janvier 1990 : une accumulation d’accidents en 1989
    23 février 1990 : arrêt du réacteur 2 en raison d’une panne sur une pompe
    20 mars 1990 : la Haute-Cour de Sendai repousse une demande d’arrêt de la centrale de Fukushima
    29 mars 1990 : La Haute-Cour de Sendai déclare que les centrales sont bien conçues et ne peuvent pas causer de catastrophes
    14 avril 1990 : les accidents nucléaires font douter les Japonais
    28 juin 1990 : manifestation anti-nucléaire lors de l’assemblée annuelle des actionnaires de TEPCO
    12 juillet 1990 : le ministère japonais déclare que le réacteur 3 est en état de marche
    9 août 1990 : TEPCO attend la remise en marche du réacteur 3 en raison d’une forte demande d’électricité,
    6 septembre 1990 : report du redémarrage du réacteur 3
    11 octobre 1990 : la NSC approuve le redémarrage du réacteur 3
    23 octobre 1990 : « les ingénieurs japonais estiment que leurs centrales sont virtuellement à l’abri des tremblements de terre »
    25 octobre 1990 : inquiétudes dans le voisinage pour le rédémarrage du réacteur 3
    1 novembre 1990 : l’AEC plaide pour un développement du nucléaire
    4 avril 1991 : poursuite judiciaire poru demander l’arrêt du réacteur n°3
    23 mai 1991 : 23 accidents déclarés dans les centrales japonaises en 1990
    29 octobre 1991 : des blocs de construction française pour la digue de Fukushima
    8 juillet 1992 : arrêt du réacteur 1 à la suite d’une hausse de pression
    29 septembre 1992 : arrêt d’un réacteur à la suite d’une panne sur une pompe
    30 septembre 1992 : arrêt du réacteur 2 à la suite d’une erreur humaine
    30 septembre 1992 : plaintes contre TEPCO en raison de mauvaises informations sur les accidents
    1 octobre 1992 : le Japon s’interroge sur la sécurité de ses centrales nucléaires
    29 octobre 1992 : deux groupes d’anti-nucléaires déboutés de leurs poursuites judiciaires
    31 octobre 1992 : un réacteur arrêté en raison d’une panne sur une pompe
    5 novembre 1992 : la Cour suprême décide que les tribunaux ne peuvent pas juger les questions de sécurité nucléaire
    10 novembre 1992 : arrêt du réacteur 1à la suite d’une panne sur le moteur d’une valve
    7 avril 1993 : TEPCO projette de construire deux nouveaux réacteurs
    10 mai 1993 : poursuites judiciaires après la mort d’un travailleur de la centrale
    20 juin 1994 : l’ANRE demande une enquête sur l’accident de mai
    1 août 1994 : reconnaissance d’irradiation pour deux travailleurs de la centrale
    22 août 1994 : TEPCO espère pouvoir construire deux nouveaux réacteurs
    14 septembre 1995 : un tremblement de terre accélère la réaction nucléaire sur trois réacteurs
    27 novembre 1995 : arrêt du réacteur 6 en raison de pressions anormales
    1 mai 1996 : une « pléthore d’accidents » à Fukushima
    30 septembre 1996 : construction du réacteur n°8
    24 octobre 1996 : TEPCO achète des machines anglaises pour réparer ses enceintes de confinement
    27 novembre 1996 : retard dans le redémarrage de réacteurs à la suite de la découverte de fissures
    12 décembre 1996 TEPCO demande l’autorisation de construire deux nouveaux réacteurs
    20 décembre 1996 : des actionnaires de TEPCO déboutés d’une demande d’arrêt de la centrale
    17 janvier 1997 : petit incendie au réacteur n°2
    21 janvier 1997 : délai dans le redémarrage d’un réacteur après la découverte de fuites
    29 avril 1997 : arrêt du réacteur n°2 à la suite d’une fuite de gaz radioactif
    30 avril 1997 : le réacteur n°2 restera arrêté jusqu’à une date non précisée
    7 mai 1997 : arrêt du réacteur n°1 en raison d’une baisse du liquide réfrigérant
    20 mai 1997 : redémarrage envisagé du réacteur n°2
    9 juin 1997 : fuite radioactive sur le réacteur n°1
    12 juin 1997 : forte augmentation des accidents dans les centrales japonaises
    14 octobre 1997 : fissure découverte sur une canalisation
    5 décembre 1997 : arrêt d’un réacteur à la suite d’une panne
    20 janvier 1998 : TEPCO envisage de remplacer 144 barres de contrôle en raison de malfaçons
    24 janvier 1998 : les résidents vivant autour de la centrale s’inquiètent de l’utilisation du plutonium
    30 juillet 1998 : arrêt du réacteur n°6 à la suite d’une fuite de vapeur
    18 août 1998 : TEPCO demande aux autorités locales l’autorisation d’utiliser du plutonium (MOX)
    26 août 1998 : arrêt du réacteur n°1 à la suite d’une panne
    2 novembre 1998 : la préfecture de Fukushima accepte l’usage du MOX
    6 décembre 1998 : 75% des résidents de la centrale de Kashiwazaki-Kariwa sont opposés à l’usage du MOX
    25 janvier 1999 : incendie sur le réacteur n°1
    8 février 1999 : TEPCO déclare que son plus vieux réacteur (28 ans) peut encore fonctionner 32 ans
    27 avril 1999 : le Japon envisage de développer son nucléaire civil
    28 juin 1999 : des groupes anti-nucléaires demandent au Japon de renoncer au traitement du plutonium
    30 juin 1999 : La France va envoyer du MOX au Japon
    16 juillet 1999 : deuxième chargement de MOX français pour le Japon
    10 septembre 1999 : arrivée attendue du MOX français à Fukushima
    28 septembre 1999 : manifestations au Japon contre l’arrivée du MOX français
    8 octobre 1999 : fuites radioactives dans un dépôt de déchets de la centrale de Fukushima
    1 janvier 2000 : le « bug de l’an 2000″ frappe quelques équipements dans les centrales japonaises
    10 janvier 2000 : TEPCO repousse ses projets d’utilisation du MOX dans le réacteur n°3
    21 juillet 2000 : arrêt d’un réacteur après une fuite consécutive à un tremblement de terre
    24 juillet 2000 : fermeture du réacteur n°2 en raison d’une fuite de pétrole dans une turbine
    24 juillet 2000 : le gouvernement japonais reconnaît l’inquiétude du public en raison des récents accidents nucléaires
    25 juillet 2000 : un troisième réacteur fermé en raison d’une augmentation anormale de l’iode
    2 août 2000 : arrêt du réacteur n°6 en raison de la rupture d’une canalisation, abîmée lors du dernier tremblement de terre
    30 septembre 2000 : chronologie des principaux accidents nucléaires au Japon
    31 octobre 2000 : Fukushima devrait être la première centrale à utiliser du MOX
    9 février 2001 : TEPCO persiste à vouloir construire de nouveaux réacteurs
    26 février 2001 : le gouverneur de Fukushima refuse d’autoriser l’utilisation de MOX
    26 février 2001 : TEPCO annonce un gel de ses constructions de nouveaux réacteurs. Colère des collectivités locales
    26 mars 2001 : les anti-nuclaires déboutés de leurs poursuites judiciaires visant à interdire l’usage du MOX
    2 avril 2001 TEPCO reporte l’utilisation du MOX dans ses centrales
    3 avril 2001 : un maire demande des comptes au gouverneur de Fukushima qui a interdit l’usage du MOX
    15 mai 2001 : arrêt planifié du réacteur n°6 après la découverte de fuites radioactives
    24 août 2001 : le METI ordonne la vérification de 28 réacteurs
    30 août 2001 : installation de quatre barres de liaisons pour réparer une fissure sur le réacteur 3
    1 novembre 2001 : arrêt automatique du réacteur n°2 pour des raisons inconnues
    17 juin 2002 : la préfecture de Fukishima envisage d’augmenter la taxe nucléaire à 13,5%
    21 juin 2002 : le ministre de l’Economie est opposé à l’augmentation de la taxe nucléaire
    4 juillet 2002 : accord de l’assemblée préfectorale pour la hausse de la taxe nucléaire
    10 août 2002 : inquiétudes sur la résistance des centrales en cas de tremblement de terre
    22 août 2002 : fissures découvertes dans certaines canalisations
    29 août 2002 : TEPCO a dissimulé plusieurs accidents nucléaires depuis les années 80
    30 août 2002 : les falsifications de TEPCO remettent en question la sécurité nucléaire
    31 août 2002 : certaines fuites ont été négligées par des employés de TEPCO
    2 septembre 2002 : nouvelles révélations sur les falsifications de TEPCO
    2 septembre 2002 : arrêt prévu de quatre réacteurs utilisant des pièces endommagées
    2 septembre 2002 : les réacteurs suspects continueront à fonctionner
    3 septembre 2002 : arrêt du réacteur n°2 en raison d’une fuite radioactive.
    4 septembre 2002 : fuite de gaz radioactif : cent fois la dose normale
    4 septembre 2002 : TEPCO gèle la construction de quatre nouveaux réacteurs
    6 septembre 2002 : TEPCO a camouflé des fissures importantes pendant quatre ans
    13 septembre 2002 : TEPCO a falsifié des enregistrements vidéo
    16 septembre 2002 : TEPCO a utilisé des pièces non autorisées dans un réacteur
    26 septembre 2002 : nombreuses fissures découvertes sur le réacteur n°3
    30 septembre 2002 : le gouverneur de Fukushima retire son accord pour l’utilisation de plutonium
    4 octobre 2002 : de nouvelles fissures découvertes sur le réacteur n°2
    11 octobre 2002 : un cinquième réacteur va être arrêté pour rechercher d’éventuelles fissures
    14 octobre 2002 : découverte de nouvelles fuites sur le réacteur n°4
    25 octobre 2002 : arrêt d’un réacteur sur ordre des autorités
    25 octobre 2002 : de nouvelles falsifications découvertes à Fukushima
    1 novembre 2002 : TEPCO retarde la construction de nouveaux réacteurs
    11 novembre 2002 : la préfecture de Fukushima retarde l’application de l’augmentation de sa taxe nucléaire
    19 novembre 2002 : les Japonais doutent de leur industrie nucléaire
    11 décembre 2002 : publication du rapport sur les falsifications de TEPCO
    26 décembre 2002 : le gouvernement accepte l’augmentation de la taxe nucléaire dans la préféceture du Fukushima
    15 janvier 2003 : la préfecture de Fukushima ne sait pas si TEPCO va relancer ses réacteurs
    16 janvier 2003 : de nouvelles fissures découvertes sur deux réacteurs
    10 février 2003 : TEPCO envisage de redémarrer trois réacteurs fin mars
    14 février 2003 : TEPCO envisage d’arrêter tous ses réacteurs en avril pour des vérifications de sécurité
    18 février 2003 : TEPCO est incapable de préciser la date de redémarrage de ses réacteurs
    24 février 2003 : le gouvernement impose à TEPCO d’améliorer ses procédures de sécurité
    6 mars 2003 : craintes de pénurie d’électricité en raison de la fermeture de 17 réacteurs
    11 mars 2003 : le gouvernement autorise, sous conditions, le rédémarrage des réacteurs
    12 mars 2003 : TEPCO publie son plan de remise en état de ses réacteurs
    14 avril 2003 : l’arrêt de tous les réacteurs de TEPCO fait craindre des coupures d’électricité
    29 mai 2003 : TEPCO attend l’autorisation de redémarrer son réacteur n°6
    16 juin 2003 : découverte d’une pièce manquante sur le réacteur n°3
    10 juillet 2003 : le gouverneur de Fukushima autorise le redémarrage du réacteur n°6
    18 août 2003 : redémarrage du réacteur n°3
    25 septembre 2003 : un travailleur de la centrale exposé à des radiations
    26 septembre 2003 : inquiétudes sur la résistance des centrales nucléaires après un important tremblement de terre
    18 novembre 2003 : l’IEA recommande au Japon de restaurer la confiance du public dans l’industrie nucléaire
    27 janvier 2004 : fuite d’eau sur le réacteur n°6
    4 mars 2004 : la méfiance du public retarde le redémarrage des centrales nucléaires
    17 mars 2004 : redémarrage du réacteur n°4
    3 juin 2004 : le centre de stockage de déchets radioactifs reprend ses activités
    29 juin 2004 : TEPCO va redémarrer trois de ses réacteurs et souhaite y utiliser du plutonium
    5 août 2004 : arrêt du réacteur n°3 en raison de « problèmes techniques »
    6 août 2004 : redémarrage du réacteur n°2
    9 août 2004 : arrêt du réacteur n°2 à la suite d’une fuite d’eau
    17 août 2004 : explosion sur une conduite de vapeur
    26 août 2004 : redémarrage du réacteur n°2
    27 septembre 2004 : les centrales japonaises devront fermer en 2016 si elles ne peuvent pas recycler leurs déchets
    29 septembre 2004 : arrêt du réacteur n°2 pour « problèmes techniques »
    6 octobre 2004 : érosion anormale des conduites d’eau sur le réacteur n°1
    7 octobre 2004 : le gouvernement assure que l’érosion des conduites d’eau ne pose pas de problèmes
    14 octobre 2004 : arrêt du réacteur n°2 à la suite d’une panne sur une pompe
    18 octobre 2004 : report du redémarrage du réacteur n°4 en raison d’un problème sur le circuit de refroidissement
    20 octobre 2004 : redémarrage du réacteur n°5
    20 octobre 2004 : redémarrage du réacteur n°4 après réparations
    28 octobre 2004 : arrêt du réacteur n°4 en raison de la panne d’une valve
    29 octobre 2004 : redémarrage du réacteur n°2
    2 novembre 2004 : redémarrage du réacteur n°4
    4 novembre 2004 : redémarrage du réacteur n°6
    30 novembre 2004 : enquête du gouvernement de Fukushima sur le réacteur n°1
    8 décembre 2004 : arrêt du réacteur n°2 en raison d’une fuite d’eau radioactive
    17 décembre 2004 : arrêt du réacteur n°6 en raison d’une fuite d’eau
    17 décembre 2004 : TEPCO va arrêter tous ses réacteurs pour chercher l’origine d’une fuite d’eau radioactive
    7 janvier 2005 : arrêt de tous les réacteurs en raison d’une fuite d’eau radioactive
    9 février 2005 : redémarrage des six réacteurs
    14 février 2005 : le réacteur n°3 ne redémarrera qu’en mars
    22 février 2005 : redémarrage du réacteur n°2
    17 mars 2005 : le réacteur n°3 ne peut être redémarré en raison d’une panne sur une pompe
    18 mars 2005 : arrêt du réacteur N°3 en raison d’une panne sur une pompe à eau
    21 avril 2005 : redémarrage du réacteur n°1
    26 mai 2005 : arrêt du réacteur n°1 en raison d’un « problème technique »
    3 juin 2005 : redémarrage du réacteur n°1
    11 août 2005 : arrêt du réacteur n°1 à la suite d’une fuite radioactive
    17 août 2005 : un tremblement de terre occasionne une fuite d’eau radioactive
    22 août 2005 : arrêt du réacteur n°5 à la suite d’un problème sur le circuit de refroidissement
    16 septembre 2005 : arrêt du réacteur n°1 pour réparer une pompe
    10 octobre 2005 : arrêt du réacteur n°2 en raison d’une panne sur une pompe
    12 décembre 2005 : arrêt du réacteur n°4 en raison d’une fuite d’eau
    21 décembre 2005 : réduction de l’activité du réacteur n°2 à la suite de « problèmes techniques »
    19 janvier 2006 : découverte de fissures sur les barres de contrôle du réacteur n°6
    6 février 2006 : Toshiba a falsifié les données d’un compteur du réacteur n°6
    20 février 2006 : arrêt du réacteur n°3 en raison d’une fuite sur une pompe
    17 mars 2006 : arrêt du réacteur n°4 en raison d’une panne sur une pompe
    28 avril 2006 : les procédures de sécurité en cas de tremblement de terre doivent être améliorées
    15 mai 2006 : arrêt du réacteur n°4 en raison d’une fuite d’huile
    18 mai 2006 : des informations confidentielles sur la sécurité de la centrale ont été diffusées par erreur sur Internet
    22 mai 2006 : fuite radioactive sur le réacteur n°4
    23 mai 2006 : arrêt d’un réacteur à la suite d’une fuite de vapeur radioactive
    30 mai 2006 : arrêt du réacteur n°6 en raison d’une fuite de vapeur radioactive
    12 juin 2006 : arrêt du réacteur n°3 pour réparation
    22 juin 2006 : arrêt du réacteur n°1 en raison d’une fuite de vapeur radioactive
    24 juillet 2006 : fuite d’eau radioactive sur le réacteur n°1
    1 août 2006 : l’entreprise qui a construit la centrale n°2 poursuivie pour corruption
    11 août 2006 : fuite de vapeur radioactive
    29 septembre 2006 : arrêt du réacteur n°4 pour réparations
    6 novembre 2006 : arrêt du réacteur n°5 à la suite d’une panne
    5 décembre 2006 : TEPCO découvre de nouvelles falsifications de données dans les rapports de ses centrales
    17 janvier 2007 : arrêt du réacteur n°2 en raison de « problèmes »
    1 février 2007 : nouvelles révélations sur les falsifications de données
    18 février 2007 : arrêt du réacteur n°4 en raison d’une radioactivité excessive
    1 mars 2007 : découverte de nouvelles falsification dans les centrales de TEPCO
    1 mars 2007 : la découverte des falsifications de TEPCO ne devraient pas gêner le fonctionnement de ses centrales
    12 mars 2007 : TEPCO a dissimulé un arrêt d’urgence d’un de ses réacteurs en 1998
    20 mars 2007 : TEPCO a dissimulé que des barres de contrôle sont tombées des réacteurs en 1993 et 2000
    22 mars 2007 : les compagnies qui gèrent les centrales nucléaires ne communiquent pas entre elles
    22 mars 2007 : TEPCO a dissimulé des accidents critiques en 1978 et 1999
    5 avril 2007 : les entreprises qui gèrent le nucléaire japonais ont commis plus de 10 000 infractions
    20 avril 2007 : le gouvernement demande des vérifications plus strictes
    27 avril 2007 : alerte sur l’air conditionné sur les réacteurs n°2 et 4
    14 juin 2007 : arrêt du réacteur n°3 en raison d’une fuite d’eau
    16 juillet 2007 : » Les centrales nucléaires japonaises conçues pour résister aux pires séismes »
    19 août 2007 : craintes sur la résistance des centrales japonaises en cas de tremblement de terre
    21 août 2007 : le gouvernement autorise TEPCO a retarder les vérifications de sécurité sur son réacteur n°3
    20 septembre 2007 : fuites radioactives à la suite d’un tremblement de terre de magnitude 6.8
    4 octobre 2007 : TEPCO améliore sa communication à la suite du tremblement de terre
    12 octobre 2007 : arrêt du réacteur n°2 en raison d’une panne sur l’échangeur
    24 mars 2008 : TEPCO demande au gouvernement de prolonger de 10 ans l’exploitation du réacteur n°4, qui fonctionne depuis 29 ans
    31 mars 2008 : les centrales nucléaires doit être prêtes à affronter des tremblements de terre plus importants
    10 avril 2008 : TEPCO envisage une croissance de 1% annuel jusqu’en 2017. Projet de construction de deux nouveaux réacteurs à Fukushima
    25 mai 2008 : un travailleur de la centrale, atteint d’un cancer consécutif à une irradiation, débouté de sa demande d’indemnisation
    4 juin 2008 : des mineurs employés pour effectuer des inspections de centrales nucléaires
    4 juin 2008 : redémarrage du réacteur n°5, arrêté à la suite de « problèmes techniques »
    10 juin 2008 : arrêt du réacteur n°5 en raison d’une panne de turbine
    14 juin 2008 : fuite radioactive à la suite d’un tremblement de terre
    11 juillet 2008 : ralentissement du réacteur n°5 pour réparation
    18 juillet 2008 : le gouvernement autorise TEPCO à repousser les opérations de maintenance sur le réacteur n°3
    20 juillet 2008 : une longue liste de procès contre les centrales nucléaires au Japon
    6 août 2008 : arrêt du réacteur n°3 pour « réparations »
    21 octobre 2008 : des officiels français participent à un exercice d’alerte sur le réacteur n°3
    17 février 2009 : création de 7 centres de crise à proximité des centrales nucléaires
    24 février 2009 : arrêt du réacteur n°1 à la suite d’un « problème technique »
    10 mars 2009 : l’utilisation de plutonium pourrait enfin être d’actualité
    6 août 2009 : arrêt du réacteur n°3 à la suite de la découverte d’une « anomalie »
    23 novembre 2009 : quel avenir pour le nucléaire au Japon ?
    16 février 2010 : la préfecture de Fukushima est disposée à accepter l’utilisation du plutonium
    28 février 2010 : les centrales japonaises n’ont pas souffert du tsunami
    3 mars 2010 : arrêt du réacteur n°6 en raison d’une canalisation défectueuse
    2 juin 2010 : arrêt du réacteur n°1 à la suite d’une panne du circuit de refroidissement
    13 juin 2010 : le tremblement de terre n’a pas affecté la centrale
    17 juin 2010 : arrêt du réacteur n°2 à la suite d’une « anomalie »
    9 août 2010 : introduction d’un recours judiciaire pour interdire l’usage du plutonium
    18 août 2010 : le réacteur n°1 doit être arrêté à la suite de la découverte d’une fuite radioactive
    23 août 2010 : l’énergie nucléaire est une opportunité pour le Japon
    14 septembre 2010 : le réacteur n°3 va être redémarré et utilisera du MOX pour le première fois
    16 septembre 2010 : TEPCO souhaite augmenter la part du nucléaire et des énergies renouvelables
    18 septembre 2010 : démarrage de l’exploitation du MOX
    25 octobre 2010 : Areva estime que l’utilisation de MOX ne présente pas de danger pour les populations
    5 novembre 2010 : arrêt d’urgence du réacteur n°5 en raison de « problèmes »
    13 décembre 2010 : projets et difficultés de TEPCO
    24 décembre 2010 : redémarrage du réacteur n°5, arrêté à la suite d’une panne sur une pompe
    12 janvier 2011 : TEPCO décide d’allonger de trois mois le délai entre deux inspections du réacteur n°3, pour produire davantage
    7 février 2011 : la NISA autorise TEPCO à utiliser le réacteur n°1 (40 ans) pendant 10 ans de plus
    7 mars 2011 : les projets de TEPCO pour augmenter la production nucléaire
    9 mars 2011 : à suite du tremblement de terre, TEPCO « confirme » que la centrale de Fukushima n’a pas été endommagée
    11 mars 2011 : une « anomalie » signalée sur les réacteurs 1 et 2
    11 mars 2011 : l’IAEA déclare que les réacteurs ont été arrêtés en toute sécurité lors du tremblement de terre
    11 mars 2011 : état d’urgence déclaré à Fukushima

  20. Sébastien (SitesQuiBuzz.com)

    si c’est vrai on comprend mieux ce désastre !!

  21. moi j ai peur pour mes enfants elles sont tres jeunes et voir comment sa tourne aavec c est central nucleaire qui change de metode pour que ses central soie eteinte a tous jamais sa ira mieux pour la planete et faut til aller en farmacie pour la pilule d iode car moi j vais aller e cherche pour mes enfants pour les protegers

  22. Sébastien (SitesQuiBuzz.com)

    iode je pense pas que ce soit la peine (vue la concentration…), de toute façon vous n’en trouverez pas c’est Etat qui décide de les distribuer ou non !

  23. J’comprends plus rien la,moi;fuku nous balance un roman(qui est très explicatif,je n’ai rien contre cela) et c’est prit en compte,donc affiché et moi des fois j’en balace 10x moins(genre 5 lignes) et que dalle…demande une explication la,moi. .
    (posté avec l’application iPhone Sites Qui Buzz)

  24. Sébastien (SitesQuiBuzz.com)

    Franco il n’y a pas de limite dans les comm ca doit un bug de passage. Truc pour eviter de tous recommencer fait un copier avant d’envoyer ton message, en cas de pb tas plus qu’a coller :-)

  25. en tout cas ces cartes personne ne les montre ! un tcherno bis…

  26. Bon d’accord,doré navrant c’est ce que je ferais…merci pour le trucmuche Sébastien et bonne journée(et aux reste de l’équipe aussi bien entendu).
    (posté avec l’application iPhone Sites Qui Buzz)

  27. Il parait qu’il faudrait au moins 35 ans entre une décision de fermer une centrale et sa fermeture définitive effective (tout déménagé, tout « désinfecté », déchets stockés, etc…). Quel age aurez vous dans 35 ans?… Quel age auront vos enfants?… Soit on se bouge, soit on subit… tout est entre nos mains!!!!

  28. cest clair rien vue la tv !!!

  29. On va tous mouriiiiiiiiiiiiiir!!

  30. J’ai jamais vu un post aussi long
    (posté avec l’application iPhone Sites Qui Buzz)

  31. Sébastien (SitesQuiBuzz.com)

    il faut au moins ça pour cette merde !

  32. on sera fixé dans 2 jours !

  33. Ca fait des années qu’il y a des gens qui se battent contre le nucléaire mais tout le monde s’en fout, c’est triste qu’à chaque fois il faut des catastrophes pour que ça réveille les gens mais tchernobyl n’a pas beaucoup fait bouger les choses et fukushima ne le fera pas plus… aux prochaines élections il faut voter pour quelqu’un qui supprimera ces usines de mort, c’est tout.

  34. On verra bien moi jy crois pas trop
    (posté avec l’application iPhone Sites Qui Buzz)

  35. Quand chacun de nous arretera d’essayer d’avoir toujours tou moins cher, et que collectivement on arrète cette spirale qui fait que les macro économies essayent de produire plus encore moins cher nous aurons une chance de nous en sortir.
    Qui d’entre tous les râleurs contre le nucléaire, contre les pesticides, etc … est prêt a payer 5x le prix de ses produits de grandes consomation, de n’avoir plus que 5 frommage au choix dans le rayon du super marché et d’aller à pied ou en vélo à la ferme 2KM plus loins acheter les légumes ?
    Je m’y prend le premier quand je veux acheter un truc, ou sera t il le moins cher ? Arretons de presser le citron, remunérons honnètement les gens pour les produits et services qu’ils proposent, consomons intelligeament, et c’est là qu’on aura une chance d’aller plus loin.

  36. Aurélie (SitesQuiBuzz.com)

    TOUT A FAIT D’ACCORD AVEC TOI MATHIEU!!! C’est vrai, à ma petite échelle, j’essaye de faire attention à ce que j’achète, d’où ça vient, les produits locaux de saison, je prends le temps de trier pour recycler les déchets (plastiques, verres, papier…), je composte, faire attention aux consommation d’eau, d’électricité… Je fais ce que je peux, je sais que certains font certainement mieux… mais en tout cas, je constate souvent autour de moi des comportements… qui me dégoutent!!!

  37. Il faudrait arrêter de culpabiliser le consommateur. Je suis comme toi Aurélie et je commence à en avoir marre que les dirigeants de fassent rien et laissent les industriels faire n’importe quoi en matière d’environnement. Sans parler du Nucléaire… Il est grand temps si ce n’est trop tard de penser à d’autres énergies qui existent et que l’on ne laissent pas émerger !
    sho

  38. Aurélie (Sites qui Buzz)

    Je suis également d’accord avec toi Sho.

  39. bonjour a tous ! je fai aussi atention de plus en plus a sque je mange et sque jachet a leau le chaufage tou sa … et qund dans mon entourage jentend des gens qui me dise que le bio sa ser a rien ou qui prenne des bain tous les jours en disan c pas sa qui va changer le monde …. sa me degoute !! focemen si tou le monde pense comme sa on va pas y arriver ! je sui bfmtv depui la catastrophe je regarde sur le net et jai de plus en plus peur pour le nuage … commen reagir et commen protejer mon enfant?
    sa fai plaisir de vous lir ! on y arrivera ! on est de plus en plus nombreux !!!!

  40. Allo a toutes et a tous , il est 15h07 heure de Paris le mercredi 23 mars, a linstant au boulot on vient de detecter le nuage radioactif au dessus de nos tetes. On travaille dans un site de retraitement de dechets donc forcement on a aussi des capteurs pour detecter les radiations liés aux produits ou objets pouvant etre radioactif. La dose relevé dans le ciel parisien est actuellement celle d’une bonne grosse Radio.

  41. Au fait les radiations traversent absolument tout sauf le plomb, donc a moins de vivre dans un bunker de plomb avec un systeme de ventilation independant on y est forcement exposé. Le fait de fermer les fenetres ou ne pas sortir de chez soi ne change rien. Je crois que la meilleure des solutions reste surtout d’arreter de regarder les infos qui nous font psychoter. Rappelez vous la campagne de vaccination pour la grippe A. Une catastrophe avec tellement d’info differentes qu’au final on ne sait plus quoi croire.

  42. Sébastien (Sites Qui Buzz)

    on pas fini d’en parler, le problème est trop grave et ne sera pas résolu d’un coup de chapeau…

  43. on peut vous coupez le courant si vous voulez, ou foutre une centrale au charbon devant votre fenêtre comme 90% des pays sans nucléaire font.
    Les journalistes jubilent de ce genre d’infos surtout ne vous laissez pas avoir par votre naïveté…

  44. Aurélie (SitesQuiBuzz.com)

    L’IRSN s’est trompé… ils ont mis un stagiaire pour s’occuper de ce dossier ou quoi!!! Bravo!

  45. http://www.youtube.com/watch?v=GRXB74GFubw
    suivre le lien, voir la video , la partager
    car nous sommes tous japonais

  46. Sébastien (SiteQuiBuzz)

    j’espere que c’est bien fini, la centrale a depuis plein de problème !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *